Un artiste peintre

Selon la plupart des femmes et des jeunes filles il était encore et toujours beau. Il avait le don de cultiver l’apparence de sa jeunesse passée. Sur de vieilles photographies on pouvait voir qu’il avait été effectivement très séduisant.
Artiste peintre, amoureux de littérature il aimait les ciels bas et les vêtements noirs.
Assis dans un fauteuil les deux jambes par dessus l’accoudoir il exhibait une paire de chaussures montantes à semelles épaisses. Cela faisait peut-être un an que nous ne nous étions pas revus. De quoi avions nous parlé en buvant le champagne qu’il servit ?
Son visage se changea après deux ou trois coupes. Deux rides se prononcèrent à l’extrémité des yeux, partant de chaque côté pour revenir au milieu de la joue. Je l’observais dans de longs instants de silence. Les muscles autour des lèvres se relâchèrent. Les joues creusées à force de les avoir aspirées pour ressembler à quelques acteurs de cinéma comme Laurent Terzieff, accentuaient encore ce relâchement. Les dents serrées dans une bouche entrouverte en forme arrondie.
Cette bouche tombante qui fut sans aucun doute tellement sensuelle et si désirable ressemblait à un gros anus détendu.
Oh beauté éphémère de notre enveloppe, pourquoi pense-t-on te garder en s’habillant les pieds de chaussures à la mode ? Elles ne masquent pas notre usure indigne et obscène.

©1994 Felipe Martinez